La plupart d’entre nous pense que la St Valentin est avant tout la fête des commerçants (des fleuristes pour les moins imaginatifs des hommes et des bijoutiers pour les plus riches !!), il n’empêche qu’être seule le soir de la Saint Valentin réveille en nous, les représentantes du sexe plus que fort, un sentiment d’échec et d’inutilité.

C’est vrai, être célibataire toute l’année s’assume plutôt bien mais dîner le 14 février avec la télé ou les enfants… voire ensemble… est difficilement concevable pour la majorité des femmes.

Me voici donc en quête d’un partenaire de table, de soirée, de jeux. Il me reste à peine d’un mois pour trouver ce chevalier… sachant que l’INSEE annonce 18 millions de célibataires en France et pas moins de 2000 sites de rencontres, je ne devrais pas avoir trop de difficultés.

Gonflée à bloc par ses chiffres et l’euphorique perspective qu’ils m’offrent, je décide de rédiger une annonce pour trouver celui qui m’accompagnera lors de cette soirée hautement symbolique. Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas de rencontrer l’homme de ma vie (quoique si je peux joindre l’utile à l’agréable !) mais plutôt de combler un vide romantiquement vexant une fois par an.

Déformation professionnelle oblige, je m’inspire des offres que je mets en ligne sur les sites emploi et forte de mon travail d’introspection, me mets à rédiger le texte qui me permettrait de ne pas passer seule cette soirée déterminante pour mon ego.

D’abord, parler de moi et me montrer non pas telle que je suis mais comme l’autre aimerait que je sois… mauvaise idée. Lors de la rencontre, l’autre s’apercevra que je ne fais pas 55 kg pour 1m75 et que oui les années ont laissé sur mon visage des stigmates indélébiles autrement appelés rides. Autant s’épargner l’humiliation du « tu ne ressembles pas à ta photo » et parler vrai.  Je choisis de me décrire de manière objective… en tout cas physiquement car pour ce qui est de ma personnalité, vous imaginez bien que je vais passer sous silence les traits les moins avantageux… n’oubliez pas que vous êtes en phase de séduction. Inutile de vous épancher sur votre jalousie maladive, votre obsession de la propreté, vos achats compulsifs, vos copines intrusives. Mettez en avant votre joie de vivre, votre douceur, votre disponibilité, votre expérience !! En résumé, soyez sincère et ne rendez pas plus belle la mariée potentielle qui sommeille en vous. Il faut simplement attirer sans mentir, séduire sans exagérer et être à la hauteur des attentes suggérées par votre description avantageuse.

coeur

2ème  paragraphe à rédiger : la mission… qu’est-ce que j’attends de lui ? Ayez une vision court terme bien sûr : saura-t-il, au cours de ce dîner, parler de tout et de rien, s’intéresser à vous, avoir de l’humour, ne pas être orienté que résultats (coucher avec vous !), être galant (vous tenir la porte, tirer votre chaise ET régler l’addition sans faire moitié/moitié ?

Raisonnez également potentiel d’évolution !  Trouver un homme capable d’être un homme pendant quelques heures reste dans les cordes (que dis-je les filets !!) de toutes les femmes, mais rencontrer celui que vous aurez envie de revoir, celui avec qui vous vous sentez tout simplement naturelle, celui qui vous inspire confiance relève souvent du défi voire de la chance.

Au fond, ce que vous espérez, c’est que l’autre puisse être un amant hors pair, un confident fiable et bienveillant, un copain digne de vos années collège, un roc qui vous rassure et vous protège. Si, en plus, il sait sortir les poubelles sans les renverser, jouer avec vos enfants, vous trouver belle au réveil, reconnaître que vous conduisez bien pour une femme, alors embauchez-le et sans période d’essai.

Le 3ème paragraphe de mon annonce concerne les qualités et compétences recherchées: quel est le profil du candidat idéal ?

Ne soyez pas trop exigeante, listez simplement les points essentiels sur lesquels vous ne transigerez pas mais de grâce ouvrez le profil et oubliez les a priori ! N’hésitez pas à rencontrer des hommes qui vous paraissent un peu éloignés de vos critères de sélection et laissez-vous charmer. Et n’oubliez pas, plus votre filet est grand, plus vous ramassez de poissons !

Voilà mesdames, un dernier conseil : si vous voulez vous épargner cette phase de sourcing et de sélection, rapprochez-vous d’une agence matrimoniale. Leurs tarifs sont certes élevés mais justifiés si et seulement si, elles vous trouvent l’élu pour le 14.

Je vous l’accorde, le parallèle fait avec les cabinets de recrutement est un peu tiré par les cheveux mais au vu du nombre de divorces, le secteur est plutôt porteur pour les décennies à venir !

La question ultime à vous poser : êtes-vous prête à payer pour ne pas vous tromper ? A 20 ans, je vous aurais répondu « certainement pas », à 30, j’aurais hésité… à 45, je fais un chèque !

Stéphanie HECQUET