Nul ne dispute vos capacités intellectuelles, ce n’est pas la question. Mais selon que vous êtes du type pensée ou type analyse, votre façon d’aborder les problèmes sera très différente, et vos “solutions” aussi. En conséquence, le type pensée et le type analyse ne sont pas également adaptés à toutes les situations, ni aux mêmes postes.

Ētes-vous du type pensée ou type analyse ?

Type pensée ou type analyse, tous les tests de personnalité évaluent la propension d’un sujet à mobiliser ses facultés intellectuelles.

Imaginons un test ou cet item est appelé “intellectualité“. Il ne s’agit pas de mesurer votre quotient intellectuel, mais votre goût ou besoin de solliciter vos neurones.

Tout le monde réfléchit peu ou prou quand il se heurte à un problème, ou quand on lui demande de trouver une solution. Mais ceux qui ont une note élevée à notre item “intellectualité“ réfléchissent même lorsqu’il n’y a pas de problème : pour comprendre comment les choses fonctionnent, pour s’expliquer leurs comportements ou ceux des autres, au mieux pour améliorer ce qui pourtant va déjà bien…

Comme tout autre, ce trait de personnalité sera précieux dans certains postes, nuisible dans d’autres : où il conviendrait d’être plus réactif, plus instinctif, de ne pas compliquer les choses inutilement, bref, de moins réfléchir et d’agir plus.

Ceci posé, à activité cérébrale égale, votre intellect peut avoir deux orientations dominantes très différentes selon que vous êtes du type pensée ou type analyse.

Pensée et analyse sont deux fonctions distinctes : l’une ne suppose pas l’autre, ni ne l’exclue. Elles ne sont pas corrélées.

Vous êtes du type analyse si pour trouver une solution, vous concentrez votre esprit sur les données connues du problème, si vous le décomposez, le disséquez, si vous traquez ses causes, si vous multipliez les “pourquoi ?”, si vous interrogez les faits, les recoupez….

Si vous êtes du type pensée, dans la même configuration, vous vous décentrez du problème, vous l’oubliez presque, vous flairez des rapprochements avec des choses sans rapport évident avec lui, vous pensez vaguement à autre chose, et sans s’attarder aux causalités ni à l’existant, votre esprit se projette déjà vers ce qu’on pourrait faire de différent, vers des pratiques inédites…

Quelques traits distinctifs entre type pensée ou type analyse :

  • Le type analyse dissèque, le type pensée articule des éléments disparates…
  • Le type analyse creuse la question, le type pensée fait un pas de côté…
  • Le type analyse décompose le problème, le type pensée l’élargit …
  • Le type analyse segmente, le type pensée synthétise…
  • Le type analyse concentre son attention, le type pensée déploie son imagination…
  • Le type analyse conçoit des hypothèses, le type pensée des perspectives…
  • Le type analyse corrige ou améliore, le type pensée remplace…
  • Le type analyse est rationnel, le type pensée plus intuitif…
  • Le type analyse démontre, le type pensée persuade…
  • Le type analyse raisonne sur les données connues, le type pensée a “une autre idée”…
  • Le type analyse est méthodique, le type pensée imprévisible…

Au final, le type analyse vaudra là où il faut comprendre profondément les choses et définir des actions correctives circonscrites, le type pensée là où il s’agit moins de rectifier que d’innover…

Vous n’avez pas identifié votre type dominant ? Type pensée ou type analyse ? Peut-être chez vous les deux fonctions sont-elles équivalentes.

Un dernier point. Dire qu’une fonction est chez vous dominante ne signifie pas qu’elle est plus forte ou plus efficace que l’autre, seulement que vous y recourrez plus souvent, de façon privilégiée. Ce n’est qu’une question de fréquence. Toutefois, à force de pratique, vous avez pu la développer.

A lire aussi : les tests de logique… tordue ?